La diversité en littérature jeunesse au Royaume-Uni – Rapport CLPE 2021

Image de couverture - Diversité dans la littérature jeunesse

En voilà une journée qui commence bien ! Je viens de terminer de l’enquête du Centre for Literacy in Primary Education parue au début du mois et accessible en ligne sur leur site. 

Depuis 4 ans déjà, cette enquête annuelle fait état de l’avancée en matière de diversité en littérature jeunesse au Royaume-Uni et sans vouloir vous spoiler: il reste encore du boulot.

Bon, j’exagère. Le tableau n’est pas aussi terne. Je dirais même que les chiffres de cette année sont plutôt encourageants quand on les compare aux éditions précédentes. Mais devons-nous simplement nous féliciter d’une amélioration sans en demander davantage pour les générations futures ? Non. 

 

Allez, dis-nous tout, quels sont les résultats ?

Ne mettons pas la charrue avant les bœufs ! Laissez-moi vous expliquer ce que fait le CLPE puis je vous partagerais tous les résultats les plus importants.

 

Le CLPE est un organisme professionnel britannique, dédié aux professeurs et qui traite de littératie en classes primaires. Dans la lignée d’enquêtes américaines autour de la diversité dans les livres pour enfants, ils ont commandé leur propre enquête relative à l’analyse l’évolution de la diversité et de la représentation dans l’industrie du livre pour enfants Royaume-Uni ‘Reflecting Realities’, voilà 4 ans. Pouvoir appuyer des revendications sur du concret et sur des chiffres a plus de poids et bien que nous aimerions beaucoup avoir une enquête similaire en France, ce serait impossible ici car les statistiques ethniques ne sont pas autorisés. 

Cela étant dit, je pense bien que quiconque se rendant en médiathèque et librairie arrivera bien au constat similaire : La diversité en littérature jeunesse n’est pas encore au goût des éditeurs. On peut trouver des livres inclusifs, oui, mais si vous prêtez attention, il est fort à parier que ces livres seront des traductions d’œuvres anglophones. La France dispose d’artistes talentueux et il serait temps de voir émerger des récits de qualité mettant en scène des personnages racisés, comme le fait très bien Laura Nsafou – éditée chez Cambourakis et Albin Michel.

Bref, revenons en à nos moutons. Ou plutôt, à comment à évolué le monde de l’édition jeunesse britannique en quatre ans.

 

Evolution du paysage jeunesse britannique ces quatre dernières années

A mon humble avis, la vision de la race outre-Manche (SOCIOLOGIQUE, précisons des fois que ce serait utile…) est une des raisons qui a permis cette évolution. En Grande-Bretagne, on voit les couleurs à un niveau national. Dans le cas des maisons d’édition, il n’est pas rare que des appel à manuscrits/portfolios soient ouverts uniquement à des ‘BAME applicants’ , c’est à dire à des personnes Noires, Asiatiques ou provenant du Moyen Orient (Black, Asian, Middle East). On peut discuter de l’inclusivité du terme mais l’idée est là. Permettre à de nouveaux auteurs d’émerger et leur donner la possibilité d’accéder à l’édition traditionnelle pour faire naître de nouveaux récits et visibiliser de nouvelles franges de la population.

 

Le constat du premier ‘Reflecting Realities‘, est effarant. A cette époque, il n’y avait que XX % de livres mettant en scène des personnages racisés. Par ailleurs, cette enquête a permis de déterminer qu’il y avait plus de livres publiés mettant en scène des animaux que des personnages racisés.

Heureusement, les choses évoluent. Lors de la dernière édition, nous apprenons que les livres jeunesse se diversifient davantage :

 

En 2020, 15% des albums, fictions et documentaires jeunesse mettaient en scène un personnage racisé. 

Un nombre encourageant : Entre 2017 et 2020, ce pourcentage est passé de 4% à 15%.

 

Comment ces 15% sont-ils répartis ?

7% des titres de fiction jeunesse parus en 2020 mettent en scène un personnage racisé.

34% des documentaires jeunesse parus en 2020, mettent en scène un personnage racisé.

48% des albums jeunesse parus en 2020, mettent en scène un personnage racisé.

Une fois de plus, le CLPE a réalisé une enquête intelligente et instructive.

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à cliquer sur le lien pour la découvrir dans son intégralité !

 

J’aimerais tout de même que l’on discute de la nécessité de la représentation en littérature jeunesse. Parce que répéter que la représentation est importante, c’est bien mais comprendre pourquoi c’est important, ne peut qu’être mieux !  

 

Pourquoi la diversité en littérature jeunesse est-elle si importante ?

Comme l’explique, l’autrice de Cannelle sur son blog, l’une des raisons pour laquelle la diversité en littérature jeunesse compte est l’identification qu’elle permet aux enfants.

 

Pour plus de ressources, n’hésitez pas à aller votre nos ssélection de livres jeunesse inclusifs auxquels vos enfants pourront s’identifier.